Stage 2022 Danse & Thérapie – Grenoble

Danse – Corps – Parole

danse1 danse2 danse3 danse4

Stage danse & thérapie – les 16 & 17 juillet 2022 – Grenoble

La Danse Impermanente est une voie vivante pour se connaître et rencontrer les autres

Le mouvement, pour soi, pour l’autre, avec soi, avec les autres, ouvre des dimensions essentielles pour ressentir pleinement la vie.

La Gestalt thérapie permet de mettre des mots sur nos vécus, et de se dire, ensemble se découvrir, s’émouvoir, se confronter, s’alliancer …

Nous vous proposons un chemin de mobilisation, de découverte, d’expériences autour du mouvement et de temps de thérapie de groupe, pour co-créer ensemble un espace sensible, un monde ouvert sur la vie.

Co-animé par Maë Marc Bittar

Thérapeute, superviseur formateur et co-directeurice de l’institut Grefor

Membre agréé du Collège Européen de Gestalt-thérapie, membre de sa Commission Ethique et Déontologie.

Co-animé par Eric Bittar

Transmet par la danse l’expérience joyeuse de l’alchimie entre la présence corporelle, les émotions et le mental.

Certifié en Analyse Transactionnelle (CTA), Formateur et Superviseur (TSTA) affilié à l’IFAT, et à l’EATA, accompagne des jeunes et des adultes, forme et supervise des professionnels de la relation humaine.

Modalités

Lieu : Grenoble, Institut Grefor, 9 rue de New York

Horaires : de 10h à 18h le samedi et le dimanche

Inscription : formulaire sur demande. Nous souhaitons avoir un entretien avec les personnes que nous ne connaissons pas

Tarif : 220 € pour les 2 jours. 110 € d’arrhes à envoyer pour confirmer la place

Nombre de participant.e.s : 12 personnes au maximum

Formation 202 – Approfondissement de l’analyse transactionnelle

Cette formation comporte 4 modules de 2 jours, qui concernent la théorie avancée et la méthodologie de l’accompagnement.

Module 1 – Un accompagnement contractuel vers l’autonomie

  • Les besoins psychologiques et relationnels
  • Les contrats relationnels
    • But, types, étapes, mise en pratique, contrats personnels
  • Les valeurs de l’AT
  • L’AT dans tous ses champs
  • Les étapes de l’autonomie
  • Conscience, intimité et spontanéité
  • Ethique et déontologie de l’accompagnement professionnel

Module 2 – Se connaître et être en relation

  • Les positions de vie
    • Définition, types, niveaux : existentiel, psychologique, social et relationnel
  • Les incontournables « I »
  • La structuration du temps social
  • Les signes de reconnaissance
    • Définition, types, impacts, économie, intérêt
  • Les états du moi
    • Définition, diagnostic, modèle structural des 1er, 2ème et 3ème ordre, modèle fonctionnel
  • Les transactions
  • Définition, les 14 types de transactions

Module 3 – Accomplissement personnel et professionnel

  • Besoins relationnels, émotions
  • Emotions inhibées et parasites
  • Le scénario de vie
    • Définition, élaboration, manifestations, système de scénario, identités scénariques
  • Symbiose, Passivité, Méconnaissances
    • Définition, niveaux de passivité, types et modes de méconnaissances
  • Impasses
    • Définition, impasses des 1er, 2ème et 3ème degré
  • Jeux Psychologiques
  • Du triangle dramatique au triangle du gagnant

Module 4 – Méthodologie de l’accompagnement professionnel

  • Le tableau des prises de conscience « Eurekas »
  • Les huit transactions empathiques et leur emploi
  • Le transfert et le contre-transfert
  • Le processus parallèle
  • Les courants de l’AT
  • L’AT relationnelle, phénoménologique et sensible
  • Exposés d’appropriation par les participants
  • Bilan des contrats personnels
  • Bilan de la formation 202

 

 

Dates et modalités

Stage 2021 sophrologie, chant et danse : Renaître à la vie

Un parcours expérientiel pour

relire votre vie,
la délier de ce qui l’entrave,
la relier à vos rêves,

et renaître à sa création.

Dates

Du lundi 2 août 10h au vendredi 6 août 2021 à 16h.

Éléments du parcours

La sophrologie est une méthode de relaxation dynamique (position debout et assis) basée sur la respiration, sur des exercices corporels très doux, et la pratique de l’intention consciente. Elle nous permet de nous mettre en contact avec nos ressentis en les apprivoisant et en se laissant apprivoiser par eux.

La relaxation se pratique en position couchée. Elle s’ancre dans la respiration et ouvre les volutes de l’imaginaire. C’est un excellent outil pour accéder aux mémoires corporelles et libérer notre créativité.

La danse impermanente permet, sur des musiques variées, de redécouvrir la liberté du corps, et l’exploration des différents âges de la vie.

Le chant impermanent amène à la libération de l’expression vocale, par la conscience et le soutien de la respiration, par les sons et leurs résonances, par des chants collectifs simples, appris et repris en circle songs ou improvisés.

Pour qui ?

Pour tous et toutes, il n’est pas nécessaire de connaître ou pratiquer déjà la sophrologie, le chant ou la danse.

Animateurs

Claire Plazanet, Sophrologue, anime des ateliers et stages depuis 1999.

Eric Bittar, Danseur, Chanteur et Analyste Transactionnel, anime des ateliers et stages depuis 2003.

Tarifs

Gîte Belles Ombres Salle ActivitésPrix du stage : 360€* (390€* après le 2 juillet) pour l’animation et 126€ ou 146€ pour l’hébergement, selon la chambre. Possibilité de chambre individuelle à réserver en plus (15€ par nuitée).

Les repas sont constitués de mets et plats confectionnés et apportés par chacun selon son cœur, ses goûts, son inspiration et partagés en toute convivialité. On se régale !

* Moins de 30 ans, sans emploi, étudiant, ou autre situation, nous contacter. L’argent ne doit pas être un problème pour participer au stage.

Lieu et accès

Gite Belles Ombres en ChartreuseAu cœur du parc naturel régional de la Chartreuse, dans le département de l’Isère, le gîte les Belles Ombres est le point de départ de nombreux sentiers de randonnée.

 

 

 

Gite Belles Ombres Maison JardinLe gite se situe à 35 minutes de Chambéry, 45 minutes de Grenoble, et 20 minutes des gares de Pontcharra et Goncelin.

 

 

 

Inscription

Télécharger le bulletin d’inscription.

Jeu Impermanent

Le monde entier est un théâtre,
Et tous les hommes et les femmes simplement des acteurs;
Ils ont leurs entrées et leurs sorties,
Et une personne au cours de sa vie joue différents rôles…

William Shakespeare, As You Like It (Comme il vous plaira), acte II, scène 7

La capacité à jouer est fondamentale pour chaque être humain. Enfant, c’est l’essentiel de la vie. Adulte, le jeu peut se vivre non consciemment, comme l’habitude d’endosser un habit dont il aurait oublié la forme, la couleur, la texture.

La proposition de jouer consciemment est une invitation à découdre les habits habituels l’espace d’un atelier, et dans une fluidité d’être, recontacter le plaisir de l’enfant qui joue à faire semblant pour de vrai.

Le corps est l’allié incorruptible du jeu. Dans la première partie de la soirée, le retour au corps, par le chant ou la danse deviennent de précieux préparateurs d’états, pour que le jeu ouvre sur la vérité de l’instant, hors des autoroutes des pensées ressassées.

Il s’agit d’improviser, une action qui s’agit d’elle-même en surprenant le protagoniste et le public, les ravissant du monde statique et sclérosé, et les transportant, ravis, dans l’impermanence du jeu, toujours renouvelé, à l’image de la vie.

Où, quand, comment

Sophrologie à Chambéry et Barby

Sophrologie

Se relaxer

Se libérer du stress

Retrouver le sommeil

Découvrir la confiance en soi

Développer sa concentration

Dynamiser ses ressources

Habiter son corps

 

Séances de Sophrologie en groupe 2021-2022 :

Maison des Associations de Chambéry

Jeudi : 10h30-11h30

Maison des Associations de Barby

Mercredi: 18h45-19h45

Tarifs

240€ l’année
90€ le trimestre
12€ la séance
100€ la carte de 10 séances

Séance découverte gratuite

Séances de Sophrologie individuelles :

Sur rendez-vous, au cabinet thérapeutique 36, rue croix d’or, Chambéry

Claire - détente

Claire Plazanet, Sophrologue, Sophro-analysante

Association Sophrologie & Relaxation

06.51.76.65.44

 

Calendrier, tarifs & lieu

Rentrée des vacances de toussaint 2021

Cinq soirées nouvelle formule sont planifiées d’ici la fin 2021 : les 12.11,  26.11, 03.12, 10.12 et 17.12

Chant Impermanent, de 18h à 19h : Voir l’article
Danse Impermanente, de 19h15 à 20h45 : Voir l’article
Le Jeu Impermanent reprendra ponctuellement : Voir l’article

Tarifs

Les séances réglées à l’année et annulées du fait de la réglementation sanitaire seront remboursées. La validité des cartes de 10 séances 2020-2021 est prolongée pour 2021-2022.

14€ la séance de Danse, 8€ pour l’heure de Chant
110€ la carte de 10 séances de Danse, valable pour l’année, et partageable entre amis. L’heure de Chant compte pour 1/2 séance.
Étudiants de -26 ans et demandeurs d’emploi, nous consulter.

Lieu

Les activités ont lieu à la salle de danse du gymnase municipal, 68 Rue de l’Épine, 73160 Cognin (le gymnase est aussi connu sous le nom de gymnase du collège Henry Bordeaux)

Plan pour la Salle de Danse

Le rue de l’épine est celle de la mairie de Cognin. Remontez-la et passez le rond point en direction de Saint-Sulpice. Continuez à monter APRES le passage à niveau. Le gymnase est en contrebas à droite. Tournez à droite derrière le gymnase, et accédez au parking du fond. La salle de danse est au bout du gymnase, et son entrée est en contrebas.

Aptitude au Bonheur

François Delivré à énoncé 15 critères qui permettent de reconnaître l’aptitude au bonheur chez une personne.

Je partage également avec vous ce que m’a inspiré ce thème :

L’aptitude au bonheur se goute de l’intérieur,
Comme en sentant le vent, frémir à sa caresse.
Regarder chaque enfant avec la même tendresse,
Voir dans cette femme la beauté infinie,
Sentir en tout homme la puissance de la vie.

img_20141106_151333_40pct

L’aptitude au bonheur c’est un don, une grâce,
C’est le cadeau caché dans le corps et le cœur,
C’est le secret du monde où tout a une place
Quand il ne peut y être ni vaincu ni vainqueur.

Citations autour de l’apprentissage

Permettre à l’autre d’être lui-même

Conférence de Philippe Mérieu, le 28 sept. 2013

« Nous avons besoin d’une éducation qui permette aux enfants de décélerer et d’apprendre à penser. Les parents, le tissu associatif et culturel, l’école doivent prendre la mesure de l’enjeu. »

Transcription d’un passage à 29m44s

L’éducation a toujours eu et a encore plus aujourd’hui comme objectif d’aider à l’émergence d’un sujet.
D’un sujet que nous ne fabriquons pas, mais que nous contribuons à faire émerger : un être humain qui assume sa part de contingence.

Ce qui n’est pas facile aujourd’hui. Nous sommes nés ici et pas ailleurs avec des yeux bleus et des cheveux bruns. Nous avons ce que le philosophe Paul Ricoeur appelle un idem, qui est sur notre carte d’identité et sur lequel nous n’avons pas de pouvoir. Cette contingence là, dans un monde où on nous dit que nous avons pouvoir sur tout est de plus en plus difficile à assumer. C’est bien la raison pour laquelle nous voulons en permanence la récuser.

Mais le sujet ne peut pas récuser sa part de contingence, au risque de se récuser lui-même comme sujet, au risque d’abolir le substrat même à partir duquel il peut se développer, au risque du suicide et de l’auto-destruction.

Qui veut abolir sa propre contingence ne peut que s’abolir tout simplement.

Un sujet doit assumer sa part de contingence, mais simultanément, c’est ça qui est compliqué, un sujet doit assumer son imprescriptible liberté.

Ce que le philosophe Paul Ricoeur appelle notre ipse, ce en quoi nous pouvons être différents, oser notre différence, oser être nous-même.
Nous-même qui ne préexiste pas, nous même que nous projetons dans un futur, nous-même que nous construisons.

Alors pour cela, pour articuler notre idem et notre ipse, il faut passer par la capacité à penser par soi-même.

 

La culture relie l’intime et l’universel

Transcription de la conférence de Philippe Mérieu du 28 sept. 2013 à 46m44s

Le symbolique va s’inscrire dans une culture que l’on s’approprie, dans laquelle progressivement on s’inscrit, et qui permet de s’exprimer.

Cette culture, elle va exister aux yeux de l’enfant à travers les contes et légendes, à travers les histoires que nous allons lui raconter.
Il faut raconter des histoires aux enfants, sans cesse et toujours, parce que dans les histoires ils entendent parler d’eux sans que pour autant on les viole dans leur intimité.

Tous les enfants ont peur que leurs parents les abandonnent.

Alors quand on est institutrice ou instituteur d’école maternelle, on peut toujours dire à la petite Marie : « Tu n’as pas peur que ta maman ne vienne pas te chercher à 4 heures et demie ? »… Mais c’est un peu sadique.
Ou alors, on peut raconter le petit poucet. C’est mieux.

Parce que dans le petit poucet, vous parlez à l’enfant de ce qui le travaille, qui l’inquiète, c’est à dire de sa peur d’être abandonné. Mais vous lui en parlez de telle manière qu’il se reconnait dans cette histoire, qu’il est relié à travers cette histoire à toute série d’autres enfants et à toute une culture, et que ce qu’il vit à titre personnel devient saisissable dans un discours symbolique, collectif, qui va peut-être, parfois, lui permettre de mettre sa peur à distance.

Alors oui, il faut faire entrer les enfants dans cette culture là, parce que la culture, je la définis volontiers ainsi : c’est ce qui relie ce que chacun a de plus intime avec ce qu’il y a de plus universel.
Qu’est-ce que nous avons de plus intime si ce n’est nos peurs, nos angoisses, nos désirs ?
Qu’est-ce qu’il y a de plus universel si ce n’est le Mahabarata dont parlait Jean-Claude Carrière cet après-midi ?
Et qu’est-ce que transmettre cette culture si ce n’est offrir cette reliance comme dit Edgar Morin, entre ce que je ressens, et ce qui a été porté à un degré de perfection dans la forme, qui fait que je m’y retrouve et que d’une certaine manière la catharsis va pouvoir jouer là à fond.

C’est cela transmettre, et c’est cela inscrire nos enfants dans le symbolique.
Nos enfants ont besoin du symbolique, parce que le symbolique ne fait pas mal, parce que le symbolique développe l’imaginaire, parce que le symbolique leur permet de vagabonder par la pensée.

Art & Théâtre

Que veut dire regarder ?

 « Regarder, ça veut dire regarder vraiment.
Pas seulement avec ses yeux, d’ailleurs, mais regarder avec ses entrailles, avec son cœur, avec ses oreilles aussi, et ne pas encombrer son regard.

Il faut savoir aussi faire un peu le vide. Se laisser envahir par l’autre.

D’ailleurs, c’est ce que fait le comédien ou la comédienne. Une vraie comédienne, c’est quelqu’un qui sait se laisser envahir par l’autre.
A la fois par la personne qu’elle ou qu’il est censé incarner, et et aussi par l’autre qui est en scène avec lui, en face, par le partenaire comme on dit.
Donc c’est se laisser faire.
Bien sûr, après, il y a des reprises d’initiatives, il y a des réactions, des échanges.

Ariane Mnouchkine
https://www.franceinter.fr/emissions/l-heure-bleue/l-heure-bleue-23-juin-2020 »

Les langages enrichissent la réalité

 « Il existe de nombreux langages, en plus des langues parlées ou écrites.

La maîtrise d’un nouveau langage donne à celui qui le possède une manière nouvelle d’appréhender la réalité et de transmettre ce savoir aux autres.
Chaque langage est absolument irremplaçable. Tous les langages s’enrichissent les uns les autres pour donner du réel le savoir le plus parfait et le plus ample. »

Augusto BOAL

Théâtre de l’opprimé.
Editions la découverte

A quoi sert l’art ?

« Je doutai de l’art. A quoi sert-il ?

Si c’est pour divertir des personnes qui ont peur de se réveiller, il ne m’intéresse pas.

Si c’est un moyen de triompher sur le plan économique, il ne m’intéresse pas.

Si c’est une activité adoptée par mon ego pour s’encenser, cela ne m’intéresse pas.

Si je dois être le bouffon de ceux qui ont le pouvoir, qui empoisonnent la planète et affament des millions de gens, il ne m’intéresse pas.

Quelle est donc la finalité de l’art ?
Après une crise si profonde qu’elle me conduisit à penser au suicide, j’arrivai à la conclusion que la finalité de l’art était de guérir. »

Alexandro Jodorowsky, La danse de la réalité, Albin Michel

Etre ou ne pas être… masqué

Le Topèng
est un art balinais de représentation. Il peut avoir une fonction rituelle ou servir de divertissement. Il fait le portrait de la société et de ses idéologies.

Théâtre et danse.
Les acteurs sont masqués et incarnent des personnages ou des archétypes de la société ancestrale balinaise : la hiérarchie féodale.

Ce que nous appelons danse ou théâtre est une seule et même chose dans les traditions classiques à Bali, c’est solah, qui veut dire « comportement « , c’est-à-dire qu’un autre vient et agit par le corps de l’acteur.

Ne pas être dans l’ »ego ».
La règle est la dépersonnalisation de l’acteur. Sa personne ne doit absolument pas transparaître, il doit savoir être absent, ou vide, pour laisser entrer l’Autre, le personnage : l’ancêtre ou l’archétype, le modèle positif ou négatif.

Extraits d’un article de Catherine Basset.